Idees Pour Reformer Le Credit En France  

Idees Pour Reformer Le Credit En France

Pour une réforme profonde du crédit renouvelable en France

Il est difficile de concevoir qu'un jour, nos sociétés occidentales seraient capables de s'émanciper totalement du système bancaire traditionnel. Et c'est compréhensible, étant donné qu'aucun autre modèle fiable et pérenne n'est en mesure de se généraliser à l'ensemble de la société. S'il n'y a pas de crédit, pas de créations d'emplois, de prêts immobiliers ou encore d'achats d'automobiles neuves. Autant dire une situation économique quasi-inexistante. S'il n'est pas nécessaire de désavouer le principe même de l'emprunt, l’expansion du prêt à la consommation et ses conséquences catastrophiques sur les ménages est cependant un phénomène beaucoup plus alarmant.

De l'endettement traditionnel et productif au prêt à la consommation à profusion

Qu'il s'agisse d'un prêt hypothécaire pour l'achat d'une habitation ou d'un emprunt professionnel, certains types d'emprunts sont incontournables pour la réalisation de projets de premier ordre. La demande de prêt personnel est dans bien des cas nécessaire lorsque l'épargne des ménages n'est pas suffisant pour l'achat d'une nouvelle voiture ou pour des travaux de rénovation. En fait, le crédit n'a pas à être dénoncé lorsqu'il fait naître un projet précis et vraiment utile à long terme pour une personne ou pour une communauté (si toutefois le taux d'intérêt reste correct). Si le projet de l'emprunteur est solide et qu'il apporte en plus les éléments requis pour persuader son banquier, il ne devrait pas avoir d'inconvénients à lever des fonds. Malheureusement, les crédits de type revolving (aussi appelés « réserves d'argent ») sont ceux qui causent le plus de ravages dans les familles. De par son TAEG astronomique et un système de reconstitution de la réserve, le prêt revolving peut avoir des conséquences déplorables sur les finances d'un couple s'il est utilisé sans intelligence. Ce crédit est simple à obtenir et il est généralement utilisé par les clients pour régler leur note grâce à une carte Bleue mise à disposition pour l'occasion. Le problème, c'est que l'emprunteur est souvent amené à piocher dans cette réserve en pensant qu'il s'agit là de son propre argent pour au final se laisser aller à des achats futiles et à taux exorbitant. Si aucune volonté visant à plafonner sérieusement les taux, ou même une interdiction nette de ce type de crédit n'est décidée, alors la guerre contre le sur-endettement est loin d'être terminée.

Cette mesure pourrait entraîner les organismes à réfléchir sur de nouvelles solutions de crédit moins addictives.

Si les banques ferment le robinet du crédit, quelles conséquences ?

En cas de disparition du crédit renouvelable, ce sont essentiellement les grandes enseignes généralistes et les boutiques qui en subiront les conséquences. Cela se comprend puisque beaucoup de clients achètent leurs biens d'équipement avec une réserve d'argent. Seulement, rien ne dit que les organismes financiers accepteraient de commercialiser des micro-crédits pour combler la suppression du crédit renouvelable.
Des alternatives devront alors rapidement être mises en place.

Dans un premier temps, il est possible d'imaginer que l’État accompagne des acteurs du monde de la distribution (grande, petite et en ligne) pour le développement d'un organisme de crédit de « métier ». Ce nouvel organisme pourrait proposer des offres de financement sans toutefois dépasser un certain seuil et dont le taux serait plafonné par décret. Sa gestion pourrait être attribuée à une agence semi-privée ou alors déléguée à une société externe et les responsables auraient un large pouvoir de décision. En cas de mise en place, nous pourrions imaginer que les consommateurs obtiendraient une carte de crédit associée à leur prêt, mais sans le système de réserve d'argent. L'union des professionnels du métier permettra de doter cet organisme d'une grande force de frappe, pour leur propre intérêt et aussi celui des consommateurs.

Autre alternative, permettre le développement du prêt entre particuliers en soutenant la création d'une plateforme nationale d'intermédiation. L'objectif est de connecter d'un côté des épargnants recherchant un placement intéressant avec, de l'autre côté, des demandeurs qui désirent financer un projet bien défini. Le taux payé par l'emprunteur correspondrait à la rémunération du capital de l'investisseur. La création d'une telle plateforme est facilement réalisable au niveau technologique. Cependant, et pour une plus large adhésion du public au projet, une importante campagne marketing sera nécessaire.


Une autre initiative consiste à convaincre la Banque centrale d'investir dans les sociétés de crédit qui appartiennent à l’État. Le principal argument serait que les fonds soient directement ré-injectés dans l'économie réelle au lieu d'être utilisés Idees pour reformer le credit en France de la spéculation.

Unifor Mappe